De l’importance de la syndication

Marien / le 02 janvier 2020

La syndication de contenu est le moyen par lequel les articles de différents sites sont agrégés et présentés en un seul endroit. Mon service, flus.io, est donc un outil de syndication. Cela est rendu possible principalement par deux formats de données : Atom et RSS. Il s’agit de simples fichiers texte (appelés « flux ») contenant des articles, formatés de manière standardisée pour que n’importe qui puisse développer des outils faisant usage de ces fichiers. Il y a longtemps eu des débats pour savoir lequel de RSS ou Atom était le mieux ; en vérité, cela n’avait que peu d’intérêt puisqu’ils en sont aujourd’hui au même point : considérés comme obsolètes, ils sont peu à peu abandonnés.

Pourtant, tout l’intérêt de la syndication n’a jamais été technique. Quels outils tirent réellement parti des avantages de l’un ou de l’autre de ces formats ? À trop s’attacher aux détails techniques, on en a perdu les objectifs.

La syndication permet avant tout :

  1. d’économiser notre temps en nous évitant de devoir naviguer de site en site pour trouver lesquels ont publié de nouveaux articles ;
  2. de nous laisser le choix de l’outil de lecture (tant que les articles ne sont pas tronqués) ;
  3. de permettre des usages différents de ceux imaginés à l’origine.

Je vais m’attarder sur ce dernier point car c’est pour moi le plus important. Prenons par exemple un article d’actualité : il est publié uniquement pour être lu, sans autre contexte que celui donné par son auteur ou son autrice. Syndiqué, cet article offre déjà plus de possibilités : un agrégateur comme Flus va permettre aux lecteurs et lectrices de le placer dans une liste de favoris par exemple, ou de le retrouver par un système de recherche plus poussé que celui du site d’origine. On voit qu’on a déjà gagné deux nouveaux usages. Les agrégateurs de flux ont tendance à se répéter et se ressembler, mais on pourrait aller plus loin :

  • créer et publier des dossiers thématiques d’articles, permettant de comparer le traitement de l’information à travers le temps et des sources différentes ;
  • créer un réseau social distribué, bénéficiant immédiatement du contenu de la vaste majorité des sites existants ;
  • mettre en avant les sujets les plus discutés à travers l’ensemble des sources suivies ;
  • permettre de retrouver l’origine d’une tendance dans le temps (l’usage d’un mot par exemple) ;
  • et j’en passe sans doute !

La syndication permet d’ouvrir vos sites et blogs sur l’extérieur en autorisant le remix de vos contenus, tout ça à un coût dérisoire.

À l’heure des fake news et de l’instantanéité des échanges courts favorisant des réactions à chaud, ne pourrait-on pas imaginer de nouveaux outils tirant parti des technologies de syndication et proposant des usages plus adaptés à notre époque ? Je m’efforcerai de traiter cette question plus en profondeur dans de futurs articles.

Gardez en tête que protéger un Internet libre, décentralisé et ouvert, c’est aussi défendre les technologies de syndication.

retourner au carnet