Pocket (Weeknotes #25)

Marien / le 12 février 2021

Semaine très orientée « technique ». La seconde phase du système d’importation des données depuis Pocket est quasiment terminée, mais ça m’a pris un peu plus de temps que prévu. J’avais découpé cette fonctionnalité en trois lots.

La première, purement technique, consistait à ajouter un système de « jobs asynchrones ». J’en ai parlé dans la weeknote précédente. J’ai terminé ce premier lot lundi.

Le second lot consiste à ajouter la connexion à Pocket, puis l’importation des données. C’est le plus gros morceau que j’ai presque terminé ce soir. Il reste toutefois des bricoles à terminer.

Le dernier lot consistera à ajouter des options (par exemple pour importer les tags Pocket comme des collections dans Flus). Ça devrait pouvoir être fait rapidement.

Bouton invitant à importer les données depuis Pocket
La page d’importation devrait ressembler à peu près à ça… avec des options en plus !

Le reste de cette weeknote est relativement technique, vous pouvez vous arrêter là si ça ne vous intéresse pas 🙂

Chose que je n’avais pas prévue : j’ai passé une grosse journée à réorganiser le code existant. Il s’agissait de revoir la façon de charger et enregistrer les données en base ; très critique donc. La façon précédente était lourdingue et rendait le code compliqué à lire et écrire. Ça faisait longtemps que ça me dérangeait, mais je n’avais pas encore trouvé une manière élégante de répondre à mon problème. C’est maintenant chose faite ! Ce n’était pas absolument nécessaire pour la fonctionnalité d’importation, mais ça m’a permis d’écrire du code plus élégant. Au total, ça fait 300 lignes de code en moins grâce à une petite classe qui intègre un peu de magie, tout en restant très lisible.

Sur la partie « importation », le plus intéressant a été de réfléchir à comment gérer beaucoup de données en gardant des performances correctes. En bossant sur FreshRSS, j’ai appris qu’il était très facile de plomber des performances en important les articles un par un. L’approche pour régler ce problème consiste à insérer l’ensemble des données en un seul appel à la base de données. Dans le cas de l’importation des liens depuis Pocket, mon approche naïve initiale m’a d’abord fait insérer les liens un par un, au fur et à mesure que je les parcourais. Cependant, le nombre de requêtes aurait été dépendant du nombre de liens à importer (pour 2 000 liens, on serait à au moins 4 000 requêtes… bof quoi). La solution consiste à créer un grand tableau contenant les données des liens, puis un second avec les relations entre les liens et les collections. Je me contente ainsi de deux appels à la base pour insérer les données (un pour chaque tableau). Reste à voir ce que ça donne en situation réelle 😉

retourner au carnet