Flus, média social citoyen

Marien / le 22 avril 2020

Flus a ouvert ses portes le 28 novembre 2019. L’accueil qui lui a été fait a été très positif, quoique limité à un public plutôt technique et/ou déjà adepte de logiciels d’agrégation de flux RSS. Pour moi, il s’agissait de m’essayer à la création d’entreprise et de mettre en place les premiers outils nécessaires à la gestion d’une plateforme de contenus et de sa clientèle. Rapidement, il a été évident que je ne pourrais pas vivre de cette plateforme en tant que telle sur le long terme ; ce n’était de toute manière pas mon ambition.

Cinq mois après son ouverture, il est temps pour moi de vous annoncer la seconde phase de Flus.

S’informer est un acte politique essentiel

Durant ces trois derniers mois, j’ai passé du temps à modeler ma vision de ce que pourrait être Flus. J’ai posé à plat les problèmes que (me) posent les plateformes d’information existantes. J’ai également échangé avec plusieurs personnes pour avoir leur opinion, connaître les manques qu’elles ressentent, et qu’elles me partagent leurs idées.

De ces échanges ont émergé des problèmes. Trois points m’ont semblé tout particulièrement critiques :

  1. il est compliqué de tenir des discussions intéressantes sur les réseaux sociaux actuels qui ont tendance à générer un énervement en nous qu’il est compliqué de contenir ;
  2. quand bien même ces discussions sont constructives, elles ont tendance à se perdre dans les méandres d’historiques infinis, transformant ainsi nos échanges en temps perdu ;
  3. enfin, la quantité d’information qui nous tombe dessus chaque jour est insoutenable : cela est vrai sur les réseaux sociaux tout autant que dans la plupart des agrégateurs de flux RSS.

J’ai ainsi mouliné tout cela avec comme objectif d’améliorer la façon dont on s’informe en ligne. Cela a mené à la rédaction d’un manifeste se déclinant en 10 affirmations en lesquelles je crois intimement et qui serviront de boussole pour le futur Flus. Ce manifeste m’a permis de donner une vision globale à mes idées. Il guidera ainsi le design des futures fonctionnalités.

Le premier point du manifeste stipule « S’informer est un acte politique essentiel ». Je veux signifier par là toute l’importance que peut revêtir un acte qui est pourtant devenu anodin dans un monde numérique croulant littéralement sous une montagne d’information. On en vient à en sous-estimer son importance dans une société qui ne semble pourtant pouvoir vivre qu’à travers elle. Il est temps de redonner du sens à tout cela. Je suis persuadé que le numérique peut apporter énormément de bonnes choses à la façon dont on s’informe en général. Les plateformes existantes n’ont toutefois pas été conçues de manière correcte et parfois même contre nos propres intérêts (coucou Twitter, coucou Facebook 👀).

C’est tout cela que je veux corriger avec Flus.

Flus, un média social citoyen

Ainsi, j’ai peu à peu imaginé les fonctionnalités qui pourraient permettre de répondre aux problèmes mis en lumière lors de mes échanges. Il ne doit plus s’agir de rester passif face à l’information qui nous tombe dessus, mais de pouvoir choisir concrètement ce qui nous intéresse et d’échanger de manière apaisée avec les personnes de notre choix. Cela m’a amené à imaginer la transformation de Flus vers un média social citoyen.

Flus deviendra une plateforme sur laquelle vous pourrez mettre de côté et commenter des liens et articles, organisés en listes thématiques. Vous pourrez faire cela seul·e ou à plusieurs, à travers des communautés de personnes (vos ami·es, votre association, entre militant·es, etc.) Vous pourrez ainsi discuter, commenter et étayer vos positions entre personnes d’un même groupe, de manière apaisée. Les discussions entre différentes communautés devront par contre être acceptées de part et d’autre afin d’éviter les interactions non sollicitées.

Vous pourrez également suivre des listes créées par d’autres personnes ou communautés, ou des sites via leur traditionnel flux RSS, afin d’être tenu·e au courant des ajouts. Vous pourrez obtenir des suggestions de lecture en définissant vos propres critères pour affiner les résultats. En effet, sur Flus, il sera primordial que vous soyez en mesure de savoir pourquoi telle ou telle information vous est proposée.

Enfin, un journal quotidien personnalisé vous sera proposé. La quantité d’information de ce journal sera adaptée en fonction du temps que vous aurez devant vous. Si des articles vous semblent intéressants, mais que vous n’avez pas le temps de les consulter, vous pourrez les mettre de côté pour les retrouver facilement plus tard.

En bref, il s’agira d’une plateforme d’information en ligne, boostée aux échanges apaisés et de qualité. Je compte travailler à plein temps sur ce nouveau projet pour sortir une version beta vers l’automne 2020. Vous pourrez en apprendre plus sur le nouveau site, flus.fr.

La cagnotte commune : financer des abonnements à Flus

Vous l’aurez peut-être compris : cela va me demander un certain temps avant de pouvoir vous proposer quelque chose de fonctionnel. J’ai néanmoins besoin d’assurer mes revenus si je veux pouvoir développer tout ce que j’ai en tête. Vous êtes déjà quelques-un·es à me soutenir financièrement en ayant pris un abonnement sur flus.io et je vous en remercie énormément. Néanmoins, en l’état actuel des choses, cela ne serait pas suffisant pour m’assurer un salaire décent. C’est pourquoi j’ai décidé de proposer un nouveau moyen de soutenir mon travail en mettant en place un système de cagnotte commune.

Cette cagnotte permettra de proposer un système alternatif de paiement pour les personnes n’ayant pas les moyens de s’offrir un abonnement à Flus. Ainsi, si vous décidez de placer 15 € dans cette cagnotte, vous offrirez cinq abonnements mensuels lorsque la nouvelle version sera sortie. Contrairement au soutien par abonnement, elle ne nécessite pas de compte pour y participer.

Il vous est bien évidemment toujours possible de prendre un abonnement sur flus.io si vous préférez me soutenir de cette manière.

Par ailleurs, le recul obtenu sur la première phase de Flus ainsi que ce nouveau lancement m’ont donné l’occasion de réévaluer mes objectifs financiers. Comptant initialement sur les aides du chômage, je m’étais fixé un objectif de 10 000 € sur l’année. Je dois toutefois prendre en compte que la fin de ces aides approche et que des frais supplémentaires pourraient être à considérer. C’est pourquoi je vise désormais 30 000 €. Pour accompagner ce nouvel objectif, j’ai pris le soin de créer une page expliquant précisément à quoi je destine cet argent. Ce sujet peut parfois être tabou, voire soigneusement mis sous le tapis ; je préfère pour ma part l’aborder en toute transparence.

Je me rends bien compte que cette période de confinement est particulière et parfois synonyme d’une baisse de revenus pour certain·es d’entre vous. C’est pourquoi je tiens à préciser ici que si vous avez le souhait de m’aider, il est important que vous le fassiez en fonction de vos moyens et non pas de ce que vous aimeriez me donner dans un monde idéal. Prenez soin de vous avant tout !

Ceci n’est que le début

J’ai passé tout le début de cette année à plancher sur ce nouveau projet et je n’imaginais pas que j’aurais besoin de ces quatre mois. C’est toutefois très naturellement que les choses se sont agencées et que j’ai pris le temps de la réflexion pour maturer ce projet. J’en profite d’ailleurs pour remercier infiniment toutes les personnes qui ont eu la gentillesse de prendre de leur temps pour échanger avec moi ces derniers mois. Il est très clair que je n’en serais pas là sans elles.

Cet article n’est que le début d’une nouvelle phase super enthousiasmante pour moi. Considérant les retours que j’ai eus jusqu’ici, je crois que cet enthousiasme est partagé quoique frustré, car le service n’existe pas encore. Vous imaginez bien que je suis le premier à partager cette frustration 😁

Les prochains mois vont être chargés, mais je (re)prendrai le temps de rédiger des articles dans ce carnet car ils me permettent de prendre du recul et de partager mon expérience.

De votre côté, vous pouvez me soutenir avec un abonnement à Flus 1, ou en aidant à financer la cagnotte commune. Si cela vous est préférable, vous pouvez également m’aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux et en parlant de Flus autour de vous. Le bouche-à-oreille est essentiel pour faire connaître le service auprès d’un public plus large.

Avec votre aide, j’espère faire de Flus une plateforme de référence pour toute personne souhaitant s’informer en ligne, ainsi qu’un lieu de rencontres citoyennes apaisées.


Photo d’illustration par Suzanne D. Williams (Unsplash).

Les autres illustrations proviennent du site undraw.co.

retourner au carnet